OCC > Activités Concerts Concerts juin 2019 > MOZART Symphonie n° 40


  

Wolfgang Amadeus MOZART (1756-1791) : Symphonie n° 40

Depuis son installation à Vienne en 1781, Mozart n’a composé que trois symphonies dont aucune n’est destinée au public viennois. Entre juin et août 1788, il compose d’un coup trois nouvelles symphonies qui vont marquer l’histoire de la musique par leurs idées novatrices. Les raisons pour lesquelles elles furent composées restent inconnues. Elles ne semblent pas être le fruit d’une commande particulière et on suppose que Mozart les a écrites pour un concert qu’il prévoyait de donner à Vienne. Cependant, ces trois symphonies n’ont probablement jamais été données de son vivant. La lecture du manuscrit de la Symphonie n° 40 en sol mineur nous apprend que l’auteur a ajouté des clarinettes non prévues au départ : peut-être y a-t-il eu répétition de l’œuvre dès 1788, suivie de modifications. Il paraît probable par ailleurs que Mozart ait emporté ces toutes nouvelles symphonies avec lui, lors de ses voyages de 1789 et 1790 : la Symphonie n° 40 aurait pu être exécutée lors d’un concert à Leipzig, le 12 mai 1789. Elle a sans doute été aussi donnée sous la direction de Salieri les 16 et 17 avril à Vienne. Publiée en 1794, cette œuvre est aujourd’hui l’une des plus célèbres de Mozart, admirée des compositeurs tels que Robert Schumann (1810-1856), Johannes Brahms (1833-1897), ou encore Arnold Schönberg (1874-1951).

I. Allegro molto Parmi ses 41 symphonies, la tonalité de sol mineur n’a été utilisée par Mozart que deux fois, par ailleurs pour les deux seules symphonies écrites dans un ton mineur. C’est pour lui la couleur du drame et de l’inquiétude. Le mouvement débute sur des batteries de croches jouées aux altos, puis le thème principal fait son entrée aux violons, ponctué d’harmonies dissonantes. Apparaît ensuite un second thème, qui contraste avec le premier : plus optimiste, il est en mode majeur. Le développement s’organise autour de tonalités tourmentées: c’est un voyage mouvementé où l’on retrouve principalement des bribes du premier thème, dont les premières notes répétées sont jouées avec insistance. Après ce trajet presque romantique, les deux thèmes du début sont énoncés à nouveau, mais le deuxième cette fois en mineur.

II. Andante Après la frénésie dramatique de l’Allegro, le deuxième mouvement, andante, est un moment de repos, calme et gracieux. Le thème principal, constitué de notes répétées, est amorcé par les entrées successives des cordes en imitation : altos, violons 2 puis violons 1. Au cours de sa mélodie, il fait entendre un court motif rythmique de deux notes rapides (triples croches), motif qui sera ensuite le prétexte à un jeu d’échange entre les différents instruments de l’orchestre. C’est ce même motif qui, par la suite, sert de base au développement: partie centrale du mouvement, celui-ci est d’un caractère plus dramatique, avec plusieurs incursions dans le mode mineur. Enfin, la réexposition fait entendre à nouveau le thème principal.

Le Château de Schönbrunn à Vienne (détail) par Bernardo Bellotto, 1758-1761       © Kunsthistorisches Museum Vienne

III. Menuetto Le menuet de ce troisième mouvement est vif et très rythmique. Il contraste fortement avec le trio central, en sol majeur, plus léger et détendu, et qui accorde une place importance aux vents.

IV. Allegro assai Le premier thème de ce mouvement joue sur les contrastes sur tous les plans : contraste de nuances avec alternances de piano et de forte subito, et contraste dans l’effectif instrumental avec dialogue entre les cordes et l’orchestre tutti. Tout comme dans le premier mouvement, ce thème est porté par un rythme perpétuel de croches, qui traverse les différents pupitres, et amène une certaine frénésie à l’ensemble. Apparaît le second thème, plus calme, plus chantant. Le développement qui suit tourne autour de la tête (les premières notes) du premier thème, et fait entendre un rapide fugato. Après un silence soudain et surprenant, on retrouve les deux thèmes au cours de la réexposition.

Auteur : Bruno Guilois

 https://digital.philharmoniedeparis.fr/0765070-symphonie-n-40-de-wolfgang-amadeus-mozart.aspx